retourGéographie : Empreinte de Larnste : la Forêt Pétrifiée (la Forêt Fossile)
Fiche Article :
Titre :Empreinte de Larnste : la Forêt Pétrifiée (la Forêt Fossile)
Identifiant :420
Créé le :2005-05-04 à 22:22
Créé par :Eliane Jaulmes
Modifié le :2005-05-04 à 22:22
Modifié par :Eliane Jaulmes
Crédits :
Résumé :La Forêt Pétrifiée est une zone boisée à l'orée de l'Empreinte, couverte de cendre et comme suspendue dans le temps.
Contributeurs :Philippe Sigaud (auteur), Eliane Jaulmes (relecteur)
Sujets :géographie, Pays d'Héort
Mots-clés :arbre, cendre, Empreinte de Larnste, Forêt Fossile, Forêt Pétrifiée, fossile, géographie, Larnste, Pays d'Héort, pied, pierre, vent, Vent de Cendres
Voir aussi :Mythologie de l'Empreinte de Larnste(69%), Géographie générale de l'Empreinte de Larnste(46%), Empreinte de Larnste : ce qui hante la Forêt Pétrifiée(38%), Dans l'Empreinte de Larnste : considérations préalables(38%), La société caladraise(38%), Empreinte de Larnste : le Lac du Pouce(31%), Empreinte de Larnste : ce qui hante les Bois du Chaos(31%), Empreinte de Larnste : Les Bois du Chaos(31%), Empreinte de Larnste : la Plaine de Verre(31%), Empreinte de Larnste : Le Reinaume de Jagig Deux-Pointes(31%)
Repris dans :-
Pays d
Pays dEmpreinte de Larnste : la Forêt Pétrifiée (la Forêt Fossile)Pays d

Des kilomètres avant d'arriver dans la Forêt Pétrifiée proprement dite, les plantes sont couvertes d'une fine couche de cendre. L'air prend un goût mort. Peu à peu, les arbres deviennent des buissons, puis ceux-ci disparaissent à leur tour et enfin même l'herbe n'est plus. Au sommet d'une colline, on peut voir l'étendue minérale de la Forêt Pétrifiée.
Cette forêt est tout ce qui reste des bois luxuriants qui couvraient la région avant que Larnste ne l'écrase d'un coup de pied et que le Vent de Cendres ne s'abatte sur elle. Elle est entièrement constituée d'arbres transformés en pierre, dressant leurs troncs morts et leurs branches décharnées vers les cieux. Leurs feuilles sont encore là, semblables à des flocons de cendre, s'agitant dans le vent gémissant en un susurrement lugubre. Il y fait extrêmement sec, et tout voyageur s'y retrouve la gorge sèche, tapissée d'une fine pellicule de cendre avec un goût de brûlé qui reste en bouche quoi qu'on boive.
Le plus étonnant dans l'endroit est qu'il y a encore de la vie, d'une certaine façon. Les animaux présents lors de l'affrontement des dieux ont été transformés par la magie. Ils sont devenus pétrifiés eux aussi, tout de pierre et de cendre. Ils y mènent une vie ralentie et silencieuse. Les oiseaux restent suspendus en l'air en des vols qui mettent des semaines à les mener d'un arbre à un autre. Les renards peuvent être surpris une patte en l'air, pourchassant des lièvres qui semblent immobiles si l'on n'y prend pas garde. Un troupeau de daims est connu de la Garde de Cendre comme un bon point de repère, car il n'a presque pas bougé depuis deux générations d'hommes.

retour Retour