retourReligion : Mythologie de l'Empreinte de Larnste
Fiche Article :
Titre :Mythologie de l'Empreinte de Larnste
Identifiant :428
Créé le :2005-05-04 à 22:22
Créé par :Eliane Jaulmes
Modifié le :2005-05-04 à 22:22
Modifié par :Eliane Jaulmes
Crédits :
Résumé :Quelques exemples de légendes ou chants religieux en rapport avec l'Empreinte de Larnste.
Contributeurs :Philippe Sigaud (auteur), Eliane Jaulmes (relecteur)
Sujets :Pays d'Héort, religion
Mots-clés :animal, arbre, armée, Bagog, Baie des Miroirs, Caladra, chaman, Chaos, charme, Cour Céleste, Déesse Brune, Dévoreuse des Profondeurs, dieu, Dieu Brûlant, Dieux Obscènes, eau, empreinte, Empreinte de Larnste, esprit, feu, fétiche, Forêt Fossile, Forêt Pétrifiée, géant, Grandes Ténèbres, Hautes Terres, Heindrik, Homme-Scorpion, Hu, Humakt, ichor, Immonde Bête, Jagig, Jondalar, Karhend, Kolat, Krarsht, lance, Larnste, lave, légende, Lieu Maudit, Mastakos, Mauvais Chiens, montagne, Monts des Orages, nuage, Orlanth, Pays d'Héort, Pays de Caladra, pied, Premier Chaman, reine, religion, sang, Seigneur des Brasiers, terre, tribu, tula, Tula de Hu, venin, vent, Vent de Cendres, Vestkarthen
Voir aussi :La société caladraise(23%), Le Mur Montant(20%), Scission religieuse et répartition géographique en Pays de Caladra(19%), Le Tournoi des Maîtres de la Chance et de la Mort(17%), Géographie générale de l'Empreinte de Larnste(17%), La vie quotidienne au Pays de Caladra(14%), Le gouvernement du Pays Saint(14%), Empreinte de Larnste : la Forêt Pétrifiée (la Forêt Fossile)(14%), Empreinte de Larnste : Le Reinaume de Jagig Deux-Pointes(14%), Présentation du Pays de Caladra(13%)
Repris dans :-
Pays d
Pays dMythologie de l'Empreinte de LarnstePays d

"Écoutez-moi, tous ! Voici une histoire des Temps Anciens, alors qu'Orlanth lui-même n'était encore qu'un jeune dieu fou. Au centre du monde, se trouvait une montagne immense et sur cette montagne régnaient huit géants. Ces géants s'étaient emparés de tous les pouvoirs et de tous les secrets et régnaient sur la terre du sud. L'un d'eux avait pour nom Mouvement ou Changement et pouvait franchir la terre et le ciel en trois pas. Larnste, nous le nommons de nos jours, après qu'Orlanth s'en soit fait un ami. On dit que Mastakos lui prit quelques secrets, avant que les Mauvais Chiens ne lui arrachent les tendons et ne le rendent boiteux.
Ces géants n'étaient pas comme nos dieux, mais ils n'aimaient pas le Chaos, qui déjà s'infiltrait dans le monde, comme une boue répugnante. Or, un jour, Larnste marchait non loin d'ici, sur les Terres d'Heindrik, et vit sortir de terre une forme noire et écoeurante, grouillante de pattes et de bouches avides ! Levant son pied aussi haut que les nuages, Larnste l'écrasa un grand coup, la broyant sous son talon, l'enfonçant profondément en terre ! Mais la créature du Chaos était retorse et ne pouvait pas vraiment mourir, comme beaucoup des horreurs des Grandes Ténèbres. Se tournant sur elle-même, elle mordit le géant, lui infectant le pied de son venin douloureux. Et puis elle disparut sous terre et on ne la revit plus jamais. Poussant un grand cri, Larnste leva son pied blessé, lequel saignait comme un torrent. De sa blessure tomba un noir ichor corrompu, qui coula dans la gigantesque empreinte qu'avait laissé Larnste. Le géant partit alors si vite, qu'il laissa sur place le Chaos et son propre sang. Il bondit de l'autre côté de la Baie des Miroirs, puis disparu dans les montagnes. On peut y voir ses empreintes, c'est vrai : je les ai vues.
Dans l'Empreinte elle-même, le sang noir commença à changer les plantes et les animaux, attirant d'autres créatures du Chaos. Une armée démente commença à émerger des bois, menaçant le Tula de Hu, le Silencieux Porteur d'Epée. Or, Hu était au loin, tuant ses ennemis, semant la mort. Personne n'était là pour défendre le tula ! Mais Kolat passait dans le ciel, il volait sur son nuage, le malicieux marchand de charmes, le dompteur des esprits. Il venait de vaincre Vestkarthen dans un combat, et avait dérobé au Dieu Brûlant des Profondeurs le secret du Vent de Cendres. Un souffle sec, brûlant, desséchant. Le Premier Chaman sortit alors le fétiche de sa besace et prononça les paroles secrètes qui libéreraient le vent. Un grand nuage noir et gris apparut, que Kolat jeta sur l'armée du Chaos et sur la forêt piétinée par Larnste. Et aussitôt, tout fut pétrifié : les arbres, les animaux et même les créatures du Chaos. Comme le Chaos ne peut supporter d'être immobile, l'armée disparut dans un grand hurlement et on ne la revit plus jamais. Et c'est pourquoi de nos jours il y a cette grande vallée en forme de pied dans le flanc des Monts des Orages, avec la forêt pétrifiée qui en garde l'entrée, empêchant le Chaos grouillant de sortir pour nous attaquer tous."

Légende de la tribu des Jondalar, qui règne sur le comté de Karhend.


"Tombé il est,
Tombé des Cieux, son grand corps embrasé
Sa lance flamboyante et fumante dressée fièrement

Tombé il est,
Tombé sur la Terre Nourricière, la Déesse Brune
Jusqu'au plus profond il s'est enfoncé fièrement

Tombé il est,
Tombé sur l'Immonde Bête, la Dévoreuse aux Mille Pattes
Détruite par le Seigneur des Brasiers combattant fièrement

Remonté il est,
Remonté comme une colonne de lave, le Seigneur Brûlant
Remonté il est à la surface, dans le Lieu Maudit

Remonté il est,
Remonté comme un souffle purifiant, amenant les cendres
Soufflé il a, soufflé de sa gorge chaude le Vent de Cendres

Remonté il est,
Remonté dans le ciel, comme le Phénix Renaissant,
Apportant ordre et joie, le Chaos vaincu !"

Hymne Caladrais des Hautes Terres, chanté par les marchands du Pays de Caladra avant de pénétrer dans l'Empreinte.


"Souffrez pauvre fous, souffrez donc, piaillez !
Je veux vous voir appeler les Dieux Obscènes, ceux qui crachent à la face du monde ! Appelez-les avec votre douleur, avec vos cris, avec votre fureur ! Que reviennent ici Krarsht aux Longues Pattes et Bagog aux Pinces Acérées ! Ils ne nous arrêterons pas, cette fois.
Les dieux nous piétinent, nous répondons et mordons ! Oui, mordez, mordez-vous les uns les autres ! Appelez donc la Dévoreuse des Profondeurs ! Piquez-vous, pincez-vous les uns les autres appelez donc Celle Qui Nous Enfanta Tous, Bagog qui recracha le monde !
Que ce soit la terre, (nous la maudissons !) nous la creusons, la faisons souffrir. Nous ne craignons pas la terre !
Que ce soit le ciel, (nous le maudissons !) nous le perçons, nous l'attendons. Nous ne craignons pas le feu !
Que ce soient les vents (nous les maudissons !), nous les mangeons, nous les recrachons. Nous ne craignons par les tempêtes !
Que ce soit l'Eau (maudit soit-il entre tous, Celui Qui Nous Brûle !). Nous l'étouffons, le ferons disparaître dans le Trou Sans Fond !"

Incantation des Hommes-Scorpions, dirigée par Jagig Deux-Pointes.

retour Retour